Mes 3 trucs pour garder la motivation

Quatre jours après avoir cessé de prendre des vitamines, mon sommeil est revenu peu à peu à ses normes recommandées.  Je fais de nouveau des nuits de sept ou huit heures.  J’aurais dû écouter  mes propres recommandations, au sujet de l’inutilité des suppléments alimentaires lorsque l’on se nourrit bien.

Allez, une p’tite pesée de mi-semaine pour m’encourager en voyant la réduction qui se poursuit.  Ou bien pour m’ajuster, au cas échéant.

Comparé aux 206.4 de samedi dernier, ça me fait 1.4 lbs de moins.  Si tout va bien, j’aurai perdu mes 2.5 hebdomadaires recommandées samedi prochain. 

Ceci dit, je viens de me rendre compte que dans l’affichage des fractions des lbs, ma balance ne donne pas de chiffre impair.  Ce n’est que du 0-2-4-6-8.   Après trois mois d’utilisation, il était temps que je m’en rende compte.  Mais bon, on ne va pas se casser la tête pour 1/10e de livre.

Du côté de la motivation.
En personne et sur le net, je me fais parfois demander comment est-ce que je fais pour persévérer, pour garder la motivation, pour en avoir la volonté de continuer.  Je ne sais pas si ça marcherait pour tout le monde, mais dans mon cas personnel, j’utilise trois trucs :

TRUC 1: Rechercher sans cesse sur le sujet.
À tous les jours, je vais sur Google et je fais des recherches sur les meilleurs exercices pour prendre du muscles, la meilleure alimentation, les meilleurs exercices cardios.   En plus, je vais lire quotidiennement les nouveaux articles sur MSN Health & Fitness et sur MSN Style de Vie.  J’en apprends à tous les jours, et je révise ce que je sais déjà.

Ça peut sonner comme une obsession.  Mais puisque se (re)mettre en forme n’est pas dans ma nature, ça n’en est pas une, justement.  Aussi, c’est un excellent moyen pour toujours avoir ça en tête.

TRUC 2: Tenir un journal.
C’est important parce que ça nous permet de se donner une idée claire de nos buts, tenir compte de nos progrès, de voir si certains trucs fonctionnent ou non.  Et, bien sûr, toujours garder la chose fraîche dans notre mémoire.  Ça peut être un journal personnel sur papier.  Ça peut être des notes sur un agenda, voire un calendrier.  Dans mon cas, j’utilise le blog car je sais trop bien que si je ne réussis pas, mon échec sera public.  Et ça, je suis trop orgueilleux pour me le permettre.  Donc, motivation supplémentaire pour persévérer.

TRUC 3: Avoir des buts irréalistes.
Ça peut sembler bizarre, mais il y a une logique là-dedans.  Un jour, j’ai lu un truc, probablement sur TV Tropes, je ne sais plus, je n’arrive pas à le retrouver.  Mais en gros, le thème était : « Je ne savais pas que je ne pouvais pas le faire, alors je l’ai fait. »  L’article parlait, entre autre, d’un guitariste amateur qui a pratiqué pendant des mois pour reproduire un riff de guitare extrêmement difficile.  À force de travail, il a fini par réussir.  Quelques temps plus tard, il a appris pourquoi la chose était si difficile :  C’était deux guitaristes qui jouaient simultanément.  S’il l’avait su à l’époque, il aurait compris que c’était impossible et il n’aurait jamais essayé.  Mais il ne savait pas qu’il ne pouvait pas le faire, alors il l’a fait.

Dans mon cas, même chose : Ce n’est que tout récemment que j’ai appris que, avec mon âge et ma baisse évidente de testostérone, je ne devrais pas progresser aussi bien que je le fais, ni dans la prise de muscle, ni dans l’augmentation de ma force, ni dans l’amélioration de ma résistance, ni dans ma perte de poids.  Et pourtant, les progrès sont là, partout, visibles, vérifiables.  Et ils sont équivalent à la capacité d’un homme de la moitié de mon âge.  Et tout ça sans suppléments alimentaires ou produits nocifs.  Mais puisque je ne le savais pas que j’en serais incapable, alors je n’ai jamais douté de mes capacités.

Autre but irréaliste:  Si vous remontez à l’un de mes premiers billets, je dis (si on résume au max) que mon but est d’obtenir le physique requis pour séduire une jeune femme en particulier.  Si elle craque, tant mieux.  Si elle ne craque pas, peu m’importe, j’aurai quand même le physique que je désirais avoir.  À ce moment-là, ça sera un jeu de pouvoir en séduire une autre.  Dans un cas comme dans l’autre, je gagne.

Et de quel physique est-ce que je parle, au juste?  Celui-là :

Je vais vous faire une confidence : Cette photo que j’ai intitulé My Summer Goal, voilà à peu près douze ans que je l’ai dans mes archives.  Je l’avais postée à l’époque sur mon blog de MySpace en disant, comme le démontre son nom, que mon but de ce premier janvier-là était d’obtenir un tel physique pour le premier jour de l’été.  

Qu’est-ce qui me fait croire que je vais réussir en quatre mois ce que j’ai échoué en douze ans?  Simple: C’est l’inconnu!  Mon régime d’exercice musculaire actuel est tout nouveau pour moi.  Ne sachant pas à quoi m’attendre, tous les espoirs sont permis.  Il n’en tient qu’à moi de tout faire pour atteindre ce but.

Y croire sans le faire, ça ne donne aucun résultat.
Le faire sans y croire, ça donne des résultats moyens, voire médiocres.
Mais quand on le fait et que l’on y croit, on peut obtenir des résultats exceptionnels.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s