Début de l’entrainement musculaire intensif.

Je vais vous faire une confidence : Je suis vaniteux.  Aussi, pour moi, ce blog représente un sacré risque pour mon orgueil.  Je suis là, depuis le début, à vous annoncer que je vais perdre du poids et prendre du muscle afin de redevenir jeune et beau pour l’été de 2019.  Et vous me voyez progresser en temps réel.

Mais voilà, j’ai 50 ans, je me suis brisé une vertèbre entre les omoplates l’an dernier, j’ai une jambe croche, les deux pieds croches, je risque à tout bout de champs de faire une rechute de fasciite plantaire qui pourrait m’empêcher de marcher…  Même les personnes dans la vingtaine au sommet de leur forme physique ne sont pas à l’abri d’un accident pouvant saboter leur entrainement.  Et moi, je pars avec tous ces handicaps.  Non seulement mon risque d’échouer est plus grand que celui de la moyenne, si j’échoue, ce sera aussi en temps réel, et publiquement.

Pourquoi est-ce que je prends ce risque alors?  Tout simplement parce que j’ai confiance en ma méthode et en mes capacités.  

Pour la perte de poids, j’avoue, ça ne représente aucun défi pour moi.  Je sais comment en perdre, je l’ai fait quatre fois déjà.  Je suis totalement confiant que, comme d’habitude, je perdrai de 20 à 25 lbs de gras en trois mois.

Pour le gain musculaire, par contre, j’ai décidé de sortir de ma zone de confort en faisant quelque chose que je n’ai jamais tenté avant : Obtenir un corps plus athlétique que la moyenne.

La première fois que je me suis abonné au gym, c’était en 2005.  Sûr, j’ai travaillé mes muscles.  Et oui, j’ai obtenu des gains musculaires, et j’ai un bien meilleur physique qu’à mes débuts.  Mais pour quelqu’un qui fréquente le gym depuis les quatorze dernières années, même de manière irrégulière, je me regarde parfois dans le miroir et il me semble que je devrais être bien plus développé que ça.

Et voilà pourquoi j’ai passé les deux dernières semaines à chercher les meilleurs exercices pouvant apporter le maximum de gains musculaires.  J’ai trouvé beaucoup de pages web qui répertorient ces exercices, et j’ai choisi les sept qui revenaient les plus souvent.   J’ai constaté que, à part pour les pull-ups (assistés, dans mon cas), je n’avais jamais essayé six de ces sept exercices.  Pas étonnant que je n’avais jamais dépassé le niveau bonne forme pour me rendre au niveau athlète.  

 Coïncidence stupéfiante, quelqu’un a fait un tutoriel vidéo au sujet de ces sept exercices.

La raison pour laquelle ce sont les meilleurs exercices, c’est que chacun d’eux fait travailler plusieurs muscles à la fois.  Et constatez un truc : Aucune machine compliquée n’est impliquée.  À part les pull-ups, c’est juste une barre, des poids et la gravité. Comme quoi, en matière de prise de muscles, c’est la base qui reste le mieux.

Ceci dit, là encore, je pars avec un handicap.  Les muscles sont construits en partie par la testostérone.  Et si ma baisse de libido des deux dernières années est une indication, ma production de testostérone n’est plus ce qu’elle était.  Par conséquent, il est possible que mes gains musculaires ne soient pas ce qu’ils auraient pu être.  

Mais bon, puisque je vis dans la réalité et non dans le monde imaginaire, je ne perds pas mon temps à me laisser influencer par des « Et si…!? »  Puisque ma production de testostérone a baissée, ça me donne juste une raison de plus pour me donner à fond lors des exercices.  En faisant doublement attention pour les faire correctement afin d’éviter les blessures, bien entendu.

Mardi, il y a deux jours, j’ai commencé l’entrainement musculaire intensif avec ces sept exercices.  Techniquement, puisque j’étais au début de la semaine 4, j’aurais dû attendre encore 3-4 jours avant de m’y mettre.  Mais voilà, j’avais juste trop hâte de commencer.  Je suis donc allé au gym pour commencer cette nouvelle routine, à trois séries de dix répétitions par exercice.

Après trois exercices, j’étais épuisé.
Après cinq, je marchais tout croche.
Je n’ai même pas terminé le sixième.

 Alors ouais!  Je confirme!  Ça travaille!

Aujourd’hui, deux jours plus tard, j’ai encore tellement mal aux muscles, corps complet,  que je crois bien que je n’en aurai pas trop de deux jours de plus pour récupérer.  Et lorsque j’y retournerai samedi, je ferai la liste à rebours, ce qui me permettra de faire l’exercice 7, mais aussi d’avoir plus d’énergie pour les exercices 6, 5 et 4.

Les suppléments alimentaire… Devrais-je, ou pas? 
Nous avons tous entendu parler que lorsque l’on s’entraîne intensément pour prendre du muscle, il faut consommer des suppléments alimentaires sous forme de poudre de protéines. 
 Pour prendre la meilleure décision, je suis allé visiter le seul site vraiment impartial que je connais, Le Pharmachien.  Dans son article intitulé 5 raisons de ne PAS prendre de suppléments protéinés, j’ai vu que si j’étais un athlète professionnel avec un taux de gras corporel de 0.00008, alors ouais, j’en aurais besoin.  Mais voilà, non seulement n’est-ce pas mon cas, j’ai du gras à perdre.  Mes muscles peuvent donc très bien se nourrir dans mes réserves adipeuses.  Ce qui tombe bien puisque la perte de gras est mon but premier.

header_proteines

Et la marche rapide?  Là aussi, je dois m’imposer un break de quatre jours.  Les cuisses et les fessiers sont juste trop douloureux.  Mais bon, même si je ne m’exercerai pas pendant cette période, je n’ai pas à m’en faire.  C’est lors du repos que les muscles récupèrent et grossissent.  Je ne perd donc rien pour attendre.

 

Une réflexion au sujet de « Début de l’entrainement musculaire intensif. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s