Les mauvais conseillers + une recette de smoothie

Hier, tel que raconté dans mon précédent billet, j’ai passé 40 minutes à faire de la marche forcée dans la neige fraîchement tombée qui me montait plus haut que les genoux. 

marchay_zpsie7x2lfz

Parlant de genoux:  Ce matin, alors que j’étais en chemin vers le travail, j’ai tout de suite constaté une légère douleur au genou gauche.  Par conséquent, je vais cesser cet exercice jusqu’à ce que la douleur soit disparue.  Donc, deux ou trois jours, ou plus longtemps si besoin.   

C’est difficile moralement de couper son élan, surtout lorsque l’on est aussi déterminé.  Mais je ne dois pas oublier que je pèse 212 lbs / 96 kg, et que ce poids peut être éprouvant pour les diverses articulations des jambes.  Et les articulations, quand c’est blessé, ça ne pardonne pas.  Ça ne revient jamais tout à fait comme avant.

 Par les années passées, en particulier lors de l’hiver de 2010-2011 alors que je m’entraînais pour le marathon, il m’arrivait parfois qu’une douleur apparaisse, parfois à un genou, parfois à l’autre, parfois à une hanche.  Lorsque ça arrivait, je faisais exactement la même chose que maintenant : Repos, pour récupérer, pour éviter que ça empire.  J’écrivais mes progrès sur mon autre blog et/ou sur Facebook.  Alors que j’étais fier de démontrer que je m’entraîne de façon intelligente, il y en avait toujours qui en profitaient pour me rabaisser sur mon supposé manque de courage.  J’avais droit à des commentaires méprisants et sarcastiques dans le style de « En effet, on sait tous que ne rien faire, c’est s’entraîner. », ou bien « Ce n’est pas en s’arrêtant au premier obstacle que l’on réussit. » 

 Au début, je répondais à ces gens.  Je leur disais ce que j’ai écrit plus haut, comme quoi avec les articulations, mieux vaut prévenir puisque c’est impossible à guérir.  On me répondait alors que je cherchais juste à me trouver des excuses pour justifier ma paresse et ma lâcheté.  Car tout le monde sait que quand on veut, on peut.  J’ai alors fourni des liens vers des articles médicaux déconseillant de forcer un genou ou une hanche douloureuse, et l’article détaillait tous les dangers que ça comporteÇa ne faisait que rendre ces gens encore plus déterminés à me faire passer pour un lâche qui se cherche des excuses.

 Ça aurait été quoi, l’autre option, hm?  Persévérer et prendre le risque de m’estropier?  Pour faire plaisir à ces gens qui me méprisent?  Et pourquoi, au bout du compte?  Pour me faire dire par ces mêmes gens que si je savais que c’était dangereux, c’était à moi de prendre la bonne décision?  Ben voilà, je l’ai prise, la bonne décision : J’ai bloqué ces gens et effacé leurs commentaires. 

 Ceux qui jugent et conseillent ne sont pas ceux qui payent.

 Donc, cette semaine, pas de course ni de marche forcée dans la neige.  Et au gym aujourd’hui, j’ai évité tout exercice pouvant mettre de la pression sur les genoux.  Si je me fie à mes expériences passées, dans trois ou quatre jours je devrais pouvoir de nouveau gambader comme un lapin qui aurait avalé un kangourou.

 Du côté de la nutrition. 
Des fois, on tombe sur des articles qui nous apprennent que l’on mange mal de A à Z.  Et cette semaine, j’en ai trouvé un particulièrement radical qui affirme que certaines combinaisons dangereuses ne doivent jamais être mangées ensemble.  Par exemple :

  •  Viande et pomme de terre.
  • Bananes et lait. 
  • Les baies et le yogourt. 
  • Des fruits avec votre repas. 
  • Deux viandes différentes.
  • Les pâtes et le fromage et les tomates.
  • Boire en mangeant.  Oui, incluant l’eau.

La logique derrière cet article est que chaque aliment est digéré de manière différente.  Par exemple, dans le cas d’un steak avec pommes de terre, le steak est digéré par l’estomac, et les patates par l’intestin.  Alors en recevant les deux en même temps, le système digestif ne sait plus où donner de la tête, il fait une crise de panique, il s’écroule en position fœtale dans un coin en tremblant, et ne peut donc pas faire son travail correctement. 

 Ils ne le disent pas dans ces mots, mais si on les écoutait, chaque repas ne devrait être constitué que d’un seul aliment, ce qui est ridicule. Et surtout, de tout l’article, je n’ai rien vu du tout qui justifiait l’emploi du mot dangereux.  Bref, comme toute chose, faut en prendre, faut en laisser.  Pour ma part, je sais que j’ai une bonne alimentation et je vais continuer de faire mes smoothies banane et baies, manger une portion raisonnable de lasagne 2-3 fois par année, et surtout boire en mangeant, ne serait-ce que parce que ça permet de se sentir plus aisément rassasié. 

Mes smoothies.
Il y a deux ans, je me suis acheté un petit mixer à smoothies. 

Celui-ci.

 Le contenant est une tasse dans laquelle on y met les ingrédients avant d’y visser le bouchon contenant les lames.  Une fois le tout mixé, on rince le bouchon à l’eau chaude et on boit directement dans le contenant.  Un jour sur deux, c’est ce qui constitue mon déjeuner.  Voici ce que j’y mets :

  • Un sachet de déjeuner en poudre Carnation.  Bon, ça c’était avant.  J’ai arrêté parce que, à mon âge, je dois ménager mon foie et mes reins, qui peuvent apparemment être affectés par les suppléments alimentaires en poudre.
  • Banane ou avocat.  Ces éléments épaississent le mélange, voilà pourquoi je mets l’un ou l’autre, mais jamais les deux.
  • Des petits fruits congelés.  J’achète un sac de mélange de framboises, mures et bleuets.
  • Des épinards crus, lorsque j’en ai.
  • Du lait, ou bien moitié café moitié lait.  Tant qu’à avoir un boost de caféine, aussi bien que ce soit dans un truc santé.
  • Du chou rouge cru.  Surpris?  Il y a deux ans, j’ai cherché quel fruit ou légume apportait les meilleurs nutriments.  Apparemment, c’est le chou rouge.  Mais voilà, la cuisson détruit 90% des éléments bienfaisants.  C’est ce qui m’a donné l’idée d’en rajouter une feuille crue ou deux par smoothie.  Cependant, j’ai dû arrêter lorsque j’ai commencé à travailler dans un bureau, à cause des effets secondaires flatulents qui commençaient à se faire sentir peu avant la pause-lunch.  Quand j’étais concierge, j’étais toujours en déplacement, alors ça passait.  Mais là, avec des collègues tout autour, assis dans une pièce fermée, ça risque de mettre une mauvaise atmosphère.  Je me limite donc à en consommer les weekends.

 Tout dépendant des ingrédients, ça donne parfois des goûts étranges et des couleurs peu appétissantes comme le gris, mais on s’y fait.

 

2 réflexions au sujet de « Les mauvais conseillers + une recette de smoothie »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s